ACCUEIL | FLUX RSS Mercredi 14 Avril 2021

PLANETE - Publié le 30/09/2020 à 01:00


Climat: pour l'Antarctique et le niveau des mers, chaque degré compte, selon une étude


AFP

Chaque degré d'augmentation de la température de la planète accélèrera la désintégration de la calotte glaciaire antarctique, provoquant à terme une hausse inéluctable et de plus en plus rapide du niveau des océans, selon une étude publiée cette semaine.

La planète a déjà gagné plus de 1°C par rapport à l'ère pré-industrielle, et 1°C de plus -- soit +2°C, objectif minimal de l'accord de Paris sur le climat-- causerait inexorablement une augmentation du niveau de la mer de 2,5 mètres juste à cause de l'effondrement de l'Antarctique. Encore 3°C supplémentaire porterait cette hausse à 6,5 mètres, mettent en garde les auteurs de cette étude publiée dans Nature.

Cette hausse dramatique des océans, dévastatrice pour des métropoles côtières comme Bombay ou Miami, se produirait sur plusieurs centaines voire plusieurs milliers d'années. Mais ce sombre avenir se joue aujourd'hui: ce sont les émissions de gaz à effet de serre des prochaines décennies qui pourraient mettre en marche ce processus ensuite inéluctable.

Selon les résultats de cette étude, la désintégration de la gigantesque calotte de l'Antarctique --qui contient suffisamment d'eau pour provoquer 58 mètres d'augmentation du niveau des mers-- sera de plus en plus rapide avec chaque degré de réchauffement supplémentaire.

Par exemple, pour chacun des deux premiers degrés au-dessus des niveaux de températures de l'ère pré-industrielle, les océans s'élèveront d'environ 1,3 mètre. Mais entre +2°C et +6°C, cette hausse doublerait à 2,4 mètres par degré de réchauffement. Et au-delà, chaque degré provoquerait 10 mètres de hausse supplémentaire, poussant la calotte au-delà de son point de non retour.

"C'est notre utilisation du charbon et du pétrole qui détermine si et quand des seuils critiques de température sont dépassés en Antarctique", a souligné dans un communiqué l'un des auteurs, Anders Levermann, climatologue au Potsdam Institute for Climate Impact Research (PIK). "Et même si la perte de glace se produit sur une longue période, les niveaux correspondants de CO2 peuvent être atteints dans un avenir proche", a-t-il ajouté.

La partie de la calotte couvrant l'Antarctique occidental devrait s'écrouler en premier, érodée d'abord par la mer qui se réchauffe et s'insinue sous les glaciers littoraux.

"Des glaciers de la taille de la Floride pourraient tomber dans l'océan", a noté Torsten Albrecht, également chercheur au PIK.

Cette étude "fait comprendre clairement le besoin urgent de stabiliser le réchauffement, en accord avec les objectifs de l'accord de Paris" (+2°C, voire +1,5°C), a commenté Matt Palmer, du UK Met Office, l'organisme météo britannique, qui n'a pas participé à l'étude.

Alors que les engagements des Etats placent la planète sur une trajectoire à +3°C, même un monde à +2°C "pose un risque existentiel à des nations entières", a ajouté Jonathan Bamber, glaciologue à l'université de Bristol, cité par le Science Media Centre.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Climat: pour l'Antarctique et le niveau des mers, chaque degré compte, selon une étude
Des Etats s'engagent à inverser les atteintes à la nature d'ici 2030
36 tortues des Galapagos réintroduites dans leur milieu naturel
Après des années de captivité, deux bélugas redécouvrent la liberté en Islande
Les fauves vont bientôt quitter la piste aux étoiles
Obèse et maltraité, l'unique éléphant du Pakistan va quitter le pays
Près de 5 millions de déchets d'emballages alimentaires récoltés sur les plages du monde
Naissance d'un singe cercopithèque de l'Hoest au zoo de Mulhouse
Pêche chinoise près de la réserve marine des Galapagos: Washington soutient l'Equateur
L'ouragan Isaias se dirige vers les Bahamas puis pourrait toucher la Floride
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les T-Rex adolescents ont évincé les espèces de dinosaures plus petites, selon une étude
Italie: découverte d'un char de l'époque romaine près de Pompéi
Australie: un mouton délesté de son pelage de 35 kg
La Russie lance son premier satellite de surveillance de l'Arctique
Dès 2022, un satellite Franco-Chinois pour observer la jeunesse de l'univers
 LES PLUS LUS 
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Comment le cerveau accroît ou diminue la perception de la douleur
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Égypte: découverte de momies d’animaux et de statuettes à Saqqarah
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Un maire décrète l’obligation d’être en joie pendant une semaine
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2021 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.061 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.