ACCUEIL | FLUX RSS Samedi 15 Mai 2021

CIEL&ESPACE - Publié le 09/09/2020 à 01:27


Un trou noir d'un nouveau type découvert par ondes gravitationnelles


AFP

Il a mis 7 milliards d'années-lumière à nous parvenir: un trou noir de masse inédite, issu de la fusion de deux trous noirs, a été directement observé pour la première fois grâce aux ondes gravitationnelles, une découverte majeure pour la compréhension de l'univers.

"C'est une porte qui s'ouvre sur un nouveau paysage cosmique. Tout un monde nouveau !", s'est félicité lors d'une conférence de presse Stavros Katsanevas, le directeur de Virgo, l'un des deux détecteurs d'ondes gravitationnelles qui a capté les signaux de ce nouveau trou noir.

Il s'agit de la première preuve directe de l'existence de trous noirs de masse intermédiaire (entre 100 et 100.000 fois plus massifs que le Soleil), qui pourrait expliquer l'une des énigmes de la cosmologie: la formation des trous noirs supermassifs, ces monstres cosmiques tapis au coeur de certaines galaxies, dont la Voie lactée.

L'objet mystérieux, décrit dans Physical Review Letters et Astrophysical Journal Letters par une équipe internationale de plus de 1.500 scientifiques, s'appelle "GW190521". Issu très probablement de la fusion de deux trous noirs, il fait 142 fois la masse du soleil et forme le trou noir le plus massif jamais détecté par ondes gravitationnelles (les supermassifs, des milliards de fois plus gros, sont détectés autrement).

Prédites par Albert Einstein en 1915 dans sa théorie de la relativité générale et observées directement un siècle plus tard, les ondes gravitationnelles sont d'infimes déformations de l'espace-temps, semblables à des ondulations de l'eau à la surface d'un étang. Elles naissent sous l'effet de phénomènes cosmiques violents, tels que la collision de deux trous noirs qui émet une quantité d'énergie phénoménale.

L'onde gravitationnelle de GW190521 a mis 7 milliards d'années à nous atteindre: c'est le trou noir le plus distant, et donc le plus ancien, jamais découvert.

- Un trou noir primordial ? -

Le signal a été enregistré le 21 mai 2019 par les instruments américain Ligo et européen Virgo, qui signent "la plus grosse prise de leur tableau de chasse" depuis leurs premières découvertes en 2015 et 2017, détaille le CNRS, dont plusieurs chercheurs ont contribué aux études.

Ce signal était ultra-court (un dixième de seconde) et de très basse fréquence (plus on remonte dans le passé, plus les fréquences diminuent): "Un défi pour l'analyser", a souligné Nelson Christensen, pour la collaboration Ligo.

Jusqu'à ce jour, seules des preuves indirectes, par observations électromagnétiques, laissaient présager l'existence de cette population de trous noirs intermédiaires.

Plus lourds que les trous noirs issus de l'effondrement d'étoiles, mais bien plus légers que les monstres supermassifs, ils pourraient être "la clé d'une des énigmes de l'astrophysique et de la cosmologie: l'origine des trous noirs supermassifs", selon le CNRS. L'une des hypothèses expliquant la naissance de ces derniers serait, justement, la fusion à répétition de trous noirs de masse intermédiaire.

Autre phénomène intriguant: d'où viennent les deux trous noirs qui ont fusionné? D'après les théories actuelles, l'effondrement d'une étoile ne peut pas donner naissance à des trous noirs de 60 à 120 fois la masse du Soleil, soit précisément la taille des deux objets qui ont fusionné. Y aurait-il un trou noir primordial formé lors du Big Bang, il y a 13,8 milliards d'années? Ou sont-ils eux-mêmes le résultat d'une fusion ?

La détection de GW190521 pose de nouvelles questions. Confirmant "qu'il existe un vaste pan de l'univers qui est resté invisible pour nous", a commenté l'astrophysicien Karan Jani, pour Ligo.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


La Russie lance son premier satellite de surveillance de l'Arctique
Dès 2022, un satellite Franco-Chinois pour observer la jeunesse de l'univers
La prochaine mission vers Vénus sera peut-être privée
Une sonde américaine touchera l'astéroïde Bennu pour en prélever un échantillon
Plus du double de rayonnements sur la Lune que dans la station spatiale
Une nouvelle mesure de la quantité de matière dans l'univers
Une bactérie pourrait survivre à un voyage interplanétaire
Un trou noir d'un nouveau type découvert par ondes gravitationnelles
Virgin Galactic table sur un premier vol touristique au premier trimestre 2021
SpaceX a ramené sur Terre deux astronautes, une première
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les T-Rex adolescents ont évincé les espèces de dinosaures plus petites, selon une étude
Italie: découverte d'un char de l'époque romaine près de Pompéi
Australie: un mouton délesté de son pelage de 35 kg
La Russie lance son premier satellite de surveillance de l'Arctique
Dès 2022, un satellite Franco-Chinois pour observer la jeunesse de l'univers
 LES PLUS LUS 
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Comment le cerveau accroît ou diminue la perception de la douleur
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Égypte: découverte de momies d’animaux et de statuettes à Saqqarah
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Un maire décrète l’obligation d’être en joie pendant une semaine
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2021 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.059 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.